samedi 27 février 2016

     LE THÉÂTRE OBLIGATOIRE

 
 
 Karl Valentin

Ci-dessous, de larges extraits de ce texte paradoxal de Karl Valentin, que j'ai lu le vendredi 26 février, lors de l'Assemblée générale de l'Association 7art

 
D'où viennent ces théâtres vides ? Simplement de l'absence du public. À qui la faute – uniquement à l'État. Pourquoi ne pas instaurer le théâtre obligatoire ? Si chaque individu est tenu d'aller au théâtre, les choses prennent tout de suite une autre tournure. Pourquoi l'école obligatoire a-t-elle été instaurée? Aucun écolier n'irait à l'école s'il n'était pas tenu d'y aller. Au théâtre, même si ce n'est pas facile, cela pourrait peut-être également tout de même être instauré sans difficultés. La bonne volonté et le devoir viennent à bout de tout. Le théâtre n'est-il pas lui aussi école, point d'interrogation !
Dès l'enfance le théâtre obligatoire pourrait commencer. Le répertoire d'un théâtre pour enfants reposerait à coup sûr uniquement sur des contes de fées tels que Hänsel et Gretel, Le Loup et Les sept Blanches-neiges.
Dans la grande ville, il y a 100 écoles, chaque école a 1000 enfants par jour, ça fait 100 000 enfants. Ces 100 000 enfants tous les jours le matin à l'école, l'après-midi au théâtre – entrée par enfant, 50 pfennigs par personne, naturellement aux frais de l'État, ça fait 100 théâtres, chacun de 1000 places assises. Donc 500 marks par théâtre - ça fait 50 000 marks pour cent théâtres.
À combien d'acteurs offrirait-on ainsi une occasion de travail ! Le théâtre obligatoire, instauré dans chaque district, revitaliserait la vie économique. Ce n'est absolument pas la même chose de se demander : « Irai-je au théâtre aujourd'hui ? » Ou de se dire : « Je suis tenu d'aller au théâtre aujourd'hui ». En raison de ce devoir de théâtre, le citoyen concerné abandonne volontairement toutes les autres distractions stupides de la soirée, telles que les quilles, le tarot, la politique de bistrot, les rendez-vous galants, sans oublier les jeux de société imbéciles qui vous gaspillent votre temps.

[…]
Le citoyen sait qu'il est tenu d'aller au théâtre – il n'a plus besoin de se chercher une pièce, il n'a pas de doute à avoir, « Irai-je aujourd'hui voir Tristan et Yseult » - non, il est tenu d'y aller - car c'est son devoir.

Il est contraint d'aller au théâtre 365 fois par an, qu'il ait le théâtre en horreur ou non. Un écolier aussi a horreur d'aller à l'école, mais il y va de bon gré, car il est tenu d'y aller. – Contrainte ! – Il n'y a que la contrainte pour contraindre aujourd'hui notre public de théâtre à aller au théâtre. Avec de bonnes paroles on n'a eu jusqu'à présent que peu de succès depuis des décennies.

[…]

N'a-t-on pas fait d'amères expériences avec les pompiers volontaires – et n'a-t-on pas fini par se rendre compte, longtemps après, que de nos jours il faut des pompiers de service pour que ça marche ?

Pourquoi ce qui marche pour les pompiers ne marcherait pas pour le théâtre ? D'ailleurs, pompiers et théâtre sont de nos jours si étroitement liés – durant mes longues années de pratique de la scène, dans les coulisses, je n'ai encore jamais vu de pièce de théâtre sans pompier.

Si cette « Obligation générale d'aller au théâtre » précédemment proposée, appelée OGAT, devait être instaurée et contraindre quotidiennement, comme mentionné plus haut, deux millions de personnes à aller au théâtre, il faudrait que soient disponibles, dans une ville comme Berlin, 20 théâtres de 100 000 places chacun. Ou 40 théâtres de 50 000 places chacun – ou 160 théâtres de 12 500 places chacun – ou 320 théâtres de 6250 places chacun – ou 640 théâtres de 3125 places chacun – ou 2 000 000 de théâtres de une place chacun. 

Mais alors quelle ambiance fantastique dans un édifice archicomble avec, disons, 50 000 spectateurs, il n'y a qu'un acteur pour le savoir. Ce n'est qu'avec de tels moyens éminemment autoritaires que l'on peut aider les édifices vides à se remettre sur pieds, et non avec des billets gratuits - ça non - uniquement par la contrainte – et pour contraindre le citoyen il n'y a que l'État !

Traduit de l’allemand par Jean-Louis Besson et Jean Jourdheuil

© Toute l’œuvre satirique de Karl Valentin est publiée aux éditions THÉÂTRALES


 


 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire